PIAC Reports

Tell us your story!
Please contact us with your stories and questions.

Residential Consumers and the Transition to Competition in the Long Distance Market

Still A Long Distance To Go

Residential Consumers and the Transition to Competition in the Long Distance Market

By Angie Barrados

This study measures the effects of the first five years of long distance competition on residential consumers. It examines how competition theory has informed the development of competition in the long distance market, and contains a quantitative analysis of the extent to which residential consumers have benefited from long distance competition. The study documents that the real benefits the average Canadian has experienced from changes in the long distance market are surprisingly modest.
100 pages $20
February 1999

Executive Summary

When long distance competition was being considered, its major promoters were big business and its representatives. Since competition was introduced, long distance rates for big business have plummeted. Typically, when the success of long distance competition is discussed, it is the success of long distance competition in the business long distance market that is being referred to. This study shows that the real benefits the average Canadian has experienced from the changes in the long distance market are surprisingly modest. To date, residential long distance users have been the poor cousins of big-business users.

Regulators thought that competition would provide important benefits to residential consumers, such as lower prices and increased choice, without sacrificing the achievements of universality and network reliability attained under monopoly regulation. These ideas, used to justify and shape policy towards competition, have not been tested by empirical study. The aim of this study is to fill this gap by measuring the effects of long distance competition on residential consumers.

The study has two parts. The first examines how competition theory has informed the development of competition in the long distance market. A review of the major decisions on long distance competition, which considers the main concepts and debates in competition theory, is provided. The most recent events in the long distance market are also considered.

This review of competition theory related to the long distance market shows that the CRTC has been quite optimistic in its view of how strong competition is in this market. The CRTC has not fully taken into account the degree to which market flaws can reduce positive outcomes for consumers. Some of the key market flaws that are present to some extent in the residential long distance market are market segmentation and consumer inertia. Also, the large regional telephone companies still dominate the long distance market, a situation that is known to aggravate market flaws. The analysis strongly suggests that the actual outcomes of long distance competition for residential consumers should be verified to ensure that the market is operating effectively.

The second part of this report is a study measuring the extent to which residential consumers have benefitted from long distance competition. The study period covers the five years between June 1992 (when facilities-based competition was permitted) and July 1997. Indicators were selected to measure both the benefits and the costs that residential consumers have experienced from changes in the long distance market over this five-year period.

The findings of the study lead us to believe that the overall savings for residential consumers are far less than for business consumers, though overall actual price reductions enjoyed by residential consumers are difficult to quantify. Price reductions were available over the study period, and enjoyed by some customers (most of whom stayed with a Stentor company and received 15% discounts, while a smaller portion switched to competitors and received higher discounts). But a surprisingly large number of customers, more than half of Canadian households, did not appear to enjoy any price reductions at all, and were still charged the high “DDD” rates. Not only are these high prices unfair to the consumers being charged them, but they also dampen competition by allowing the dominant firm to exploit a market flaw.

The results of this study show that the overall phone bills for most Canadians have increased significantly over the study period, because of increases in local rates. Most low-income Canadians, who can least afford the increases, have had significantly increased phone bills. There is no evidence that the overall benefits to the economy stemming from long distance competition have helped low-income people to afford these increased prices for telephone service.

In the absence of competition, the price reductions, while lower in magnitude, would have been equally distributed amongst residential consumers. This situation would have offered more savings to many Canadians that did not receive any benefits during the study period. High users of long distance are better off with competition, but most Canadians would have lower telephone bills without competition.

Without competition, consumers would not have had choice. But, during the study period, choice was a mixed blessing for consumers. Significant transaction costs, and lack of knowledge counterbalanced the benefit of choice. Also, the competitive environment increased annoyances such as telemarketing, and disruption of service.

The recent price war suggests that residential customers may have been able to benefit more from the long distance market in 1998 than between 1992 and 1997. It would be quite unwise, however, to conclude that all the issues raised in this study have been solved. Indeed, this study shows that the presence of discounts in a market in transition from monopoly does not automatically lead to consumer benefits.

The findings of this study point to two main areas in which action should be taken by the federal government. The first main action area is monitoring of the long distance market, a theme that emerges at many points this study. The state of the long distance market should be monitored, so that policy-makers and the public have information about the status of the transition from monopoly to competition. Regulatory decisions of the past should be evaluated so that lessons can be learned in the future.

Monitoring is important so that there can be some public scrutiny of trends in the market. Public scrutiny in itself can be a deterrent to undesirable business practices. Monitoring also allows market failures to be identified early, and addressed before they become major problems. It is very unfortunate that no government agency seems to be taking responsibility for monitoring the long distance market, or even collecting basic data on residential long distance prices and usage.

The second action area involves considering some corrective action to ensure the benefits of long distance competition are more widely distributed in the residential market. Widespread consumer inertia has meant that many consumers have not had any savings on long distance in the first five years of competition. Also, it means that market forces in the residential market as a whole are weak, perhaps too weak adequately to protect consumer interests. The amount of consumer inertia should decrease as competition unfolds. It is important that consumer behaviour is monitored to ensure that this indeed happens. If consumer inertia does not decrease, or is replicated in the local service market once local competition is underway, the CRTC should reconsider the need for public information programs.

The study concludes that the overall experience of residential consumers during the first five years of long distance competition illustrate the need to ensure that the potential benefits of competition in a formerly monopolized market actually materialize for all consumers. In long distance, business consumers benefitted from competition, but many residential consumers were left behind. Now that competition has been in place six years, it is time to implement the monitoring and public information policies that will ensure that the benefits of competition are more widely distributed throughout the residential market.

Loin des yeux, loin du compte
La concurrence dans le marché de l’interurbain et les abonnés résidentiels

Sommaire

À l’époque où l’on étudiait la question de la concurrence dans le secteur de l’interurbain, la grande entreprise et ses porte-parole s’en faisaient les principaux partisans. Or, depuis l’arrivée de la concurrence, ce sont précisément les tarifs de l’interurbain pour la grande entreprise qui ont chuté. Lorsque l’on parle de réussite dans le cas de la concurrence sur le marché de l’interurbain, on fait généralement référence à la concurrence dans le marché d’affaires de l’interurbain. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la présente étude démontre que les avantages réels dont le simple citoyen a pu bénéficier en raison des changements effectués au sein du marché de l’interurbain sont somme toute modestes. Jusqu’à maintenant, les clients résidentiels de l’interurbain sont traités en parents pauvres par rapport aux clients de la grande entreprise.

Les autorités réglementaires ont pensé que la concurrence se traduirait par d’importants bénéfices au profit des abonnés résidentiels, dont une réduction des tarifs et un choix plus diversifié, sans pour autant sacrifier l’universalité et la fiabilité du réseau établi durant la période du monopole. De telles hypothèses, qui ont servi à justifier et à orienter la politique devant nous mener à la concurrence, n’ont jamais été éprouvées dans le cadre d’études empiriques. La présente étude vise à combler cette lacune en mesurant les effets de la concurrence dans le marché de l’interurbain sur les abonnés résidentiels.

L’étude se divise en deux parties. La première examine comment la théorie de la libreconcurrence a influencé l’instauration de la concurrence sur le marché de l’interurbain. On y fait l’examen des plus importantes décisions en matière de concurrence dans le marché de l’interurbain, reprenant les principales thèses et les grands débats de la théorie de la libre concurrence. On y note également les plus récents développements dans le marché de l’interurbain. Cet examen de la théorie de la libre concurrence appliquée au marché de l’interurbain démontre que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes a entretenu une vision plutôt optimiste de la force qu’aurait la concurrence dans ce marché. Le CRTC n’a pas tenu suffisamment compte, en effet, des irrégularités de marché et de leur rôle dans la réduction des avantages positifs qu’en tireraient les consommateurs. Au nombre des irrégularités que l’on retrouve en partie dans le marché résidentiel de l’interurbain, on compte la segmentation du marché et l’inertie des consommateurs. D’ailleurs, les grandes compagnies régionales de téléphone dominent toujours le marché de l’interurbain, une situation qui accentue comme on le sait les irrégularités de marché. L’analyse laisse supposer que les résultats concrets de la concurrence sur le marché résidentiel de l’interurbain doivent être vérifiés, pour veiller à ce que le libre marché fonctionne comme prévu.

La seconde partie du rapport se consacre à une étude devant mesurer les bénéfices tirés par les abonnés résidentiels du régime de concurrence dans le marché de l’interurbain. L’étude couvre une période de cinq ans entre juin 1992 (moment où l’on autorisait la concurrence au plan des équipements) et juillet 1997. On a choisi des indicateurs permettant de mesurer sur cette période autant les avantages que les coûts reliés aux changements dans le secteur de l’interurbain pour la clientèle résidentielle.

Les résultats de l’étude donnent à croire que les économies globales réalisées par les abonnés résidentiels sont très inférieures à celles réalisées par les clients d’affaires, bien que le total des réductions de tarif dont bénéficient les abonnés résidentiels soit difficilement quantifiable. Des réductions de prix sont survenues au cours de la période couverte par l’étude, réductions dont certains abonnés se sont prévalus (la plupart ayant conservé le service offert par une compagnie membre de Stentor et bénéficiant d’une réduction de 15 %, tandis qu’une minorité a profité d’une réduction plus substantielle en changeant de fournisseur). Or, un nombre surprenant d’abonnés, soit plus de la moitié des ménages canadiens, n’ont en apparence bénéficié d’aucune réduction de prix et continuent de devoir payer les tarifs élevés de type “DDD”. Des tarifs aussi élevés que ceux-là sont non seulement injustes pour les consommateurs qui doivent les acquitter, mais ils nuisent également à la concurrence en permettant à l’entreprise dominante de profiter d’une irrégularité du marché.

Les résultats de la présente étude démontrent qu’en raison de la hausse des tarifs locaux, la facture globale pour les services téléphoniques chez la plupart des ménages canadiens a considérablement augmenté au cours de la période de l’étude. La plupart des ménages à faible revenu, ceux qui ont le plus de mal à absorber les hausses de coûts, ont fait face à une facture de téléphone considérablement plus élevée. Rien ne démontre que les bénéfices économiques globaux issus de la concurrence en matière d’interurbain ont aidé les ménages à faible revenu à absorber ces hausses de prix du service téléphonique.

En l’absence de concurrence, les réductions de prix, bien que d’une importance réduite, auraient été réparties également entre les abonnés du secteur résidentiel. Cette situation aurait offert des économies plus substantielles à bon nombre de ménages canadiens qui n’ont récolté aucun bénéfice au cours de la période étudiée. Si les grands consommateurs de communications interurbaines s’en tirent à meilleur compte avec la concurrence, la plupart des ménages canadiens auraient au contraire vu leur facture de téléphone diminuer si la concurrence n’avait pas été introduite.

Sans cette concurrence, les consommateurs n’auraient pas eu de choix. Toutefois, en ce qui concerne la période étudiée, ce choix s’est révélé être un bien pour un mal en ce qui concerne les consommateurs. Des frais de transaction non négligeables et l’ignorance ont annulé les avantages de ce choix. De plus, l’environnement concurrentiel a augmenté les nuisances comme le télémarketing et les interruptions de service.La récente guerre des prix pourrait laisser penser que la clientèle résidentielle a pu profiter davantage du marché de l’interurbain au cours de l’année 1998 que ce n’avait été le cas entre 1992 et 1997. Il serait cependant prématuré d’affirmer que tous les problèmes soulevés dans la présente étude ont été réglés. L’étude démontre en effet que l’existence de rabais dans un marché en transition entre le monopole et la concurrence ne se traduit pas nécessairement par des avantages pour les consommateurs.

L’étude révèle deux domaines d’intervention principaux où le gouvernement fédéral devrait prendre des mesures. Le premier domaine d’intervention se situe dans un suivi du marché de l’interurbain, un thème qui revient souvent au cours de l’étude. Il faudrait surveiller la situation sur le marché de l’interurbain, de sorte que les décideurs et le grand public puissent savoir à quel stade nous en sommes dans la transition entre le monopole et la concurrence. Les décisions prises par le passé en matière de réglementation doivent faire l’objet d’une évaluation afin que nous puissions en tirer les enseignements qui s’imposent pour l’avenir. Un suivi est important afin de pouvoir débattre publiquement des tendances observées sur le marché. Le débat public pourrait en lui-même dissuader un certain nombre de pratiques commerciales indésirables. Le suivi permettrait en outre de cerner rapidement les irrégularités du marché et d’y remédier avant qu’elles n’occasionnent des problèmes importants. On doit déplorer le fait qu’aucun organisme gouvernemental ne se charge d’effectuer un tel suivi du marché de l’interurbain, ni même de colliger des données de base sur les tarifs et l’utilisation de l’interurbain dans le secteur résidentiel.

Le second domaine d’intervention concerne l’étude de certaines mesures correctives pour veiller à ce que les avantages de la concurrence dans le secteur de l’interurbain soient plus équitablement répartis dans le marché résidentiel. L’inertie généralisée des consommateurs en a privé un grand nombre de toute forme d’économie au chapitre des communications interurbaines au cours des cinq premières années de la concurrence. De plus, une telle situation dénote la faiblesse des forces de marché dans le marché résidentiel, une faiblesse qui se révèle probablement trop importante pour assurer la protection adéquate des intérêts des consommateurs. L’inertie des consommateurs devrait normalement diminuer à mesure que s’instaure la concurrence. Il importe toutefois de bien suivre l’évolution des comportements des consommateurs afin de vérifier si cette hypothèse se confirme. Si l’inertie des consommateurs ne devait pas s’estomper, ou s’il s’avère que le phénomène se reproduit avec l’introduction de la concurrence sur le marché local, le CRTC devra se pencher de nouveau sur la nécessité d’offrir des programmes d’information publics.

L’étude en vient à la conclusion qu’au cours des cinq première années de concurrence sur le marché de l’interurbain, un marché auparavant détenu par un monopole, l’expérience générale des abonnés résidentiels démontre la nécessité de veiller à ce que les avantages potentiels de la concurrence se matérialisent véritablement pour l’ensemble des consommateurs. En ce qui concerne l’interurbain, on constate que la clientèle d’affaire a bénéficié de la concurrence, tandis que bon nombre d’abonnés résidentiels sont restés en plan. Après six années de concurrence, il est maintenant temps d’instaurer des politiques de suivi et d’information publique qui assureront une meilleure répartition des avantages de la concurrence dans l’ensemble du marché résidentiel.

Personal Information PIAC does not retain any of the information you enter here
Place enter a name
Place enter a valid email
Place enter a valid email