Other

Tell us your story!
Please contact us with your stories and questions.

Report: The Consumer’s View of Copyright

thumb_pdfThe Full text is available as a PDF[pdf file: 0.43mb]

Executive Summary

This report examines the relationship between copyright and consumers in light of current federal government initiatives to amend the Copyright Act. Specifically, the report looks at the submissions made by individual members of the public to the federal government under the copyright reform consultation, which began in 2001.

The report also focuses on the changing context for copyright created by the digital era and its effect both on the relationship between consumers and copyrighted works and between consumers and owners of copyrighted works. It examines digital copyright issues in relation to important recent developments in copyright law in the U.S. and the increasing importance of copyright in international trade agreements.

Finally, the report makes some recommendations concerning proposed changes to the Copyright Act, in light of issues identified by consumers and the immediate reform agenda of the federal government.

Copyright and the public interest

Copyright applies to all original literary, dramatic, musical and artistic works. It protects the expression of an idea in a fixed manner, but not the idea itself. It has been described as a balancing of interests between the creator (or copyright owner) on one side and the public on the other. The reasons for this lie in the original purposes of copyright to promote learning and public consumption of works as well as to protect works in order encourage authors to create works.

Copyright law in Canada, as it has developed, has emphasized the need to find an appropriate balance between creators’ rights and the public’s interest in those works. The difficulty in finding the appropriate balance between these rights is the source of the tension in copyright law.

Copyright in the digital age

The tension between the public’s interest in using works and those of copyright holders in protecting and benefiting from works has been accelerated by the digital age. Ordinary citizens may easily access and use works made available on the Internet in ways that broaden and fundamentally change the way individuals relate to works. At the same time, creators, who are increasingly characterized by copyright owners and representatives of the cultural industries, are concerned that this change in the relationship between works and users of those works, as a result of the digital age, threatens the traditional protections of copyright and therefore the economic benefits that flow from that protection.

One way that copyright owners have asserted their rights in the digital era has been to employ technological measures to protect works from unauthorized uses or even access to those works. However, the concern raised by these measures is that they place potential control over copyright in the hands of copyright owners well beyond what currently exists in copyright legislation. These measures may have the effect of eliminating legal uses of copyrighted works.

Digital copyright and the international context

The struggle between copyright owners and users concerning protection and access is being played out in the international context. In the U.S. it has revolved around some key legislative changes. Extension of copyright terms and the enactment of digital copyright legislation, the Digital Millenium Copyright Act (DMCA) have had a significant impact on user rights in the United States.

Copyright is also increasingly the subject of international treaties and trade agreements. This creates pressure on Canada to harmonize its copyright laws with those of other countries, adding further complexity to the challenge of maintaining the balance between copyright owners and the rights of the larger public.

Consumers and copyright

An overwhelming majority of the individual submissions to the federal government under the copyright reform consultation, indicated opposition to amendments that would augment the rights of copyright holders over the public or the consumer in the digital environment. Many of the submissions also stated their opposition to amendments to the Copyright Act that would bring Canada closer to a DMCA legislative model.

The concern consistently expressed by individuals was that technological protection measures would eliminate legal uses under copyright legislation and tip the balance between copyright holders and the public, in favour of copyright holders. Strong concerns were also expressed that granting further legal protections for copyright holders would diminish scientific enquiry and free speech. Concerns were expressed that consumers had been left out of the copyright debate.

The extent of public reaction to proposals regarding the direction of copyright reform in the digital age is a function of the extent to which copyright now has a very real and direct impact upon consumers. Copyright is a consumer issue because the subject matter of copyright has become increasingly important in an information age. The growing importance of information in our economy means that both having access to and controlling that information has an increased economic value.

Copyright is also a consumer issue because the digital age has changed the way the public accesses and uses the content that is subject to copyright. Consumers, as a matter of course, come into contact with copyrighted works using digital technology. This means they are now directly affected by the legal uncertainties around copyright due to the ease of reproduction and manipulation of copyrighted works by computers.
Recommendations for reform of the Copyright Act

The following recommendations address those issues identified by the federal government as part of its short-term reform agenda:

Recommendation 1: The Canadian government should not model Canada’s copyright reform on the DMCA

Recommendation 2: The government should not proceed with legal protection for technological measures

Recommendation 3: The “fair dealing” provision of the Copyright Act should be expanded

Recommendation 4: The term of protection for unpublished works should not be extended

 

————

 

Sommaire

Ce rapport examine les liens qui existent entre le droit d’auteur et les consommateurs suite aux initiatives actuelles du gouvernement fédéral visant à modifier la Loi sur le droit d’auteur. Le rapport étudie, en particulier, les propositions effectuées par les membres du public auprès du gouvernement fédéral conformément au processus de consultation sur la réforme du droit d’auteur qui a débuté en 2001.

Le rapport souligne non seulement l’importance du contexte en constante mutation dans lequel le droit d’auteur évolue, en particulier suite à l’émergence de la technologie numérique. Le présent rapport décrit également les conséquences de la technologie numérique sur les liens entre les consommateurs et les œuvres protégées et ceux existant entre les consommateurs et les détenteurs d’un droit d’auteur. Ce rapport examine les questions relatives au droit d’auteur numérique suite aux importants événements qui ont eu lieu récemment en matière de législation sur le droit d’auteur auxÉtats-Unis et suite à l’importance toujours croissante accordée aux droits d’auteur dans les accords commerciaux internationaux.

Finalement, le rapport propose quelques recommandations visant à modifier la Loi sur le droit d’auteur, conformément aux questions soulevées par les consommateurs et à l’ordre du jour immédiat du gouvernement fédéral concernant la réforme.

Droit d’auteur et intérêt public

Le droit d’auteur s’applique à toute œuvre originale littéraire, théâtrale, musicale et artistique. Il protège l’expression d’une idée de manière fixe, mais ne protège pas l’idée elle-même. Le droit d’auteur est souvent décrit comme étant le juste équilibre entre les intérêts des créateurs (ou des détenteurs du droit d’auteur) d’un côté et ceux du public de l’autre. La fonction actuelle du droit d’auteur s’inscrit dans l’objectif original de celui-ci qui consistait à promouvoir l’apprentissage du public, à l’encourager à consommer ainsi que protéger ces œuvres afin d’encourager les auteurs à la création.

Au Canada, la Loi sur le droit d’auteur a évolué. Elle s’efforce de trouver un juste équilibre entre les droits des créateurs et ceux du public relativement à ces œuvres. L’équilibre entre ces droits est source de tension lorsqu’il s’agit de loi sur le droit d’auteur.

Le droit d’auteur et l’ère numérique

La tension entre les intérêts du public qui utilise les œuvres et ceux des détenteurs du droit d’auteur qui protègent leurs œuvres et en tirent profit s’est aggravée suite à l’émergence de l’ère numérique. Chaque citoyen peut facilement avoir accès aux œuvres grâce à Internet et peut les utiliser de diverses façons. Ces différentes méthodes permettent au public d’avoir une opinion plus large et totalement différente sur ces œuvres. De plus, les créateurs, qui sont de plus en plus caractérisés par les détenteurs du droit d’auteur et les représentants de l’industrie du contenu, redoutent que cette nouvelle relation entre les œuvres et les utilisateurs de ces œuvres, suite à l’émergence de la technologie numérique, menace les protections traditionnelles qu’offre le droit d’auteur et par conséquent les retombées économiques qui découlent de cette protection.

À l’époque du numérique, les détenteurs du droit d’auteur affirment leurs droits en employant, entre autres, des mesures technologiques pour protéger leurs œuvres contre les utilisations illégales voire l’accès à leurs œuvres. Cependant, ces mesures donnent aux détenteurs du droit d’auteur le contrôle du droit d’auteur qui va bien au-delà de ce qui existe actuellement dans la législation. Cet abus de pouvoir potentiel fait l’objet d’inquiétude. Ces mesures pourraient supprimer toute utilisation légale d’œuvres protégées.

Droit d’auteur et contexte international

La lutte entre les détenteurs du droit d’auteur et les utilisateurs concernant la protection et l’accès des œuvres se joue sur fond de contexte international. AuxÉtats-Unis, les discussions portent sur quelques modifications législatives fondamentales. L’élargissement des clauses sur le droit d’auteur et la promulgation de la loi en matière de droit d’auteur d’œuvres numériques, le Digital Millenium Copyright Act (DMCA), a eu des conséquences significativessur les droits des utilisateurs aux États-unis.

Le droit d’auteur fait également de plus en plus l’objet de traités internationaux et d’accords de commerce. Le Canada se trouve donc dans l’obligation d’harmoniser ses lois en matière de droit d’auteur avec celles des autres pays, ce qui rend l’équilibre entre les détenteurs du droit d’auteur et les droits du grand public encore plus difficile à maintenir.

Consommateurs et droit d’auteur

La grande majorité des propositions effectuées par des citoyens à titre personnel auprès du gouvernement fédéral suite à la consultation sur la réforme du droit d’auteur s’oppose aux amendements qui renforceraient les droits des détenteurs au détriment du public ou du consommateur dans l’environnement numérique. Bon nombre des propositions refusent également toute modification qui rapprocherait la Loi sur le droit d’auteur canadienne au modèle législatif qu’est le DMCA.

Les citoyens s’inquiètent des mesures technologiques visant la protection des œuvres qui élimineraient toute utilisation légale de ces dernières conformément à la Loi sur le droit d’auteur et déstabiliseraient l’équilibre entre les droits des détenteurs et ceux du public favorisant les premiers. Les personnes interrogées s’inquiètent aussi du fait que les consommateurs ont été écartés du débat.

La réaction du public aux propositions concernant l’orientation de la réforme du droit d’auteur dans l’ère numérique est proportionnée aux conséquences très réelles et directes du droit d’auteur sur les consommateurs. Le droit d’auteur est une question de consommation, car il est devenu fondamental à une époque où tout repose sur l’information. Dans notre économie, l’importance croissante accordée à l’information signifie qu’y avoir accès et la contrôler lui donne une valeur économique supérieure.

Le droit d’auteur est également une question de consommation parce que l’ère numérique a modifié la façon dont le public accède à la culture, soumise au droit d’auteur, et la manière dont il en fait usage. Par conséquent, les consommateurs découvrent des œuvres protégées par le droit d’auteur grâce à la technologie numérique. L’émergence de la technologie signifie que le public subit dorénavant directement les incertitudes juridiques du droit d’auteur grâce à l’informatique qui facilite la reproduction et la manipulation des œuvres protégées par le droit d’auteur.
Recommandations pour la réforme du droit d’auteur

Les recommandations suivantes répondent aux questions identifiées par le gouvernement fédéral dans le cadre de son ordre du jour à court terme sur la réforme :

Recommandation 1 : Le gouvernement canadien ne doit pas s’inspirer du DMCA pour réformer sa Loi sur le droit d’auteur.

Recommandation 2 : Le gouvernement doit abandonner toute protection juridique pour les mesures technologiques.

Recommandation 3 : L’article sur l’« utilisation équitable » de la Loi sur le droit d’auteur doit être révisé et élargi.

Recommandation 4 : Les clauses concernant la protection de toute œuvre non publiée ne devraient pas être révisées ni élargies

 

Personal Information PIAC does not retain any of the information you enter here
Place enter a name
Place enter a valid email
Place enter a valid email